Donald Trump se lance dans un périple de 10 jours en Asie
04-11-2017
[Par Cyrille Pluyette - Le Figaro International 4 novembre 2017]
trump_en_asie1.jpg







Durant sa tournée qui le verra passer par le Japon, la Corée du Sud, la Chine, le Vietnam et les Philippines, le président américain tentera de pousser Pékin à faire davantage pression sur le «Royaume ermite». Et s'efforcera de contrer la montée en puissance chinoise dans le région. 
C'est un Donald Trump affaibli qui s'est lancé vendredi soir dans un long et complexe périple en Asie. Au plus bas dans les sondages aux Etats-Unis, le président américain devra tenter d'oublier «l'enquête russe» qui prend de l'ampleur, pour se concentrer sur l'explosif dossier nucléaire nord-coréen, après des mois d'escalade verbale entre Pyongyang et Washington. A chaque étape de son voyage, qui passera par le Japon, la Corée du Sud, la Chine, le Vietnam et les Philippines, le numéro un américain tentera d'isoler encore plus le jeune dictateur Kim Jong-un, dont les provocations menacent selon lui le monde entier. Mais aussi de réaffirmer la position américaine dans une région où la Chine ne cesse de monter en puissance.

Hautement stratégique, ce voyage est le premier déplacement du locataire de la Maison-Blanche dans cette zone géographique depuis son élection, il y a presque un an. Sa durée exceptionnelle - 10 jours, soit le séjour le plus long d'un président américain dans la région depuis celui de George H.W. Bush, en 1991 - est présenté comme un gage d'engagement dans cette partie du monde.

Après une rapide escale à Hawaï, Donald Trump retrouvera dimanche son «ami» Shinzo Abe, le premier ministre japonais, pour une nouvelle séance de golf, après celle partagée en Floride en février. Des rencontres viseront ensuite à réaffirmer la solidité de l'alliance entre les deux pays.

Sujets de tensions avec la Chine

Lors de l'étape suivante, le président ne se rendra pas sur la «zone démilitarisée», entre les Corée du Sud et du Nord, probablement pour ne pas ajouter de l'huile sur le feu, dans cet endroit symbolique (les deux pays de la péninsule étant encore techniquement en guerre) et ultra-militarisé, alors que la tension est déjà à son comble. Son discours devant l'Assemblée nationale fera l'objet d'une attention particulière. Face à la menace croissance représentée par son voisin nord-coréen, le pays espère que Donald Trump insistera sur la force de l'alliance entre Washington et Séoul. Mais il veut aussi s'assurer que le président américain ne provoquera pas inutilement un conflit militaire qui exposerait le Sud à une terrible riposte.

Après Séoul, le 45ème président des Etats-Unis sera accueilli mercredi à Pékin par Xi Jinping, qui vient d'être reconduit pour un mandat de cinq ans à la tête du pays et a encore consolidé son pouvoir au cours du 19ème Congrès du Parti communiste chinois (PCC). Donald Trump devrait pousser son homologue à faire encore davantage pression sur Pyongyang en prônant un durcissement supplémentaire des sanctions, et en particulier un embargo sur les exportations de pétrole à destination de République populaire démocratique. Principal allié et soutien de la Corée du Nord, la Chine, qui ne souhaite pas un effondrement du régime de Pyongyang, s'est jusqu'ici opposée à une telle extrémité. Et il est loin d'être certain que Xi Jinping, plus puissant que jamais, changera de position.

Les relations commerciales constitueront un autre sujet majeur de discussion. Avant son départ pour l'Asie, le président américain a pesté contre un déficit commercial avec la Chine qualifié «d'embarrassant» et «d'horrible». Certains observateurs s'attendent toutefois à ce que Donald Trump, qui avait fustigé les pratiques commerciales de la Chine pendant sa campagne, continue à plutôt ménager Pékin sur cette question, afin d'obtenir des avancées sur le dossier nord-coréen. Il paraît donc peu probable que Xi Jinping fasse des concessions significatives.

Rapprochement possible avec les Philippines

Au Vietnam, le milliardaire américain participera au sommet de l'Apec, où il détaillera sa vision pour «une région Indo-Pacifique libre et ouverte». Les Etats-Unis et leurs alliés s'inquiètent de la présence croissante de la Chine dans les mers de Chine du Sud et de l'Est et de son emprise économique grandissante sur la région. Mais la stratégie américaine reste peu lisible sur le plan commercial, après le retrait de Washington de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), décidé par Donald Trump juste après sa prise de fonction.

Le président américain se joindra enfin à un autre sommet régional, l'Asean, à Manille, où il s'entretiendra avec le très controversé président Rodrigo Duterte. Alors que le dirigeant philippin mène une guerre sanglante contre le trafic de stupéfiants condamnée par de nombreuses voix à l'international, le président américain a loué «le travail incroyable» accompli sur cette question. Il pourrait chercher à renforcer les liens avec un leader qui avait insulté son prédécesseur Barack Obama et s'est rapproché de la Chine.

trump_en_asie.jpg