Comprendre le Moyen-Orient. Qui tue qui ? Et pourquoi ?
19-07-2016
moyen-orient_wd.jpg












sommaire_page_1.jpeg















































mo_intro.jpeg















































Comprendre le Moyen Orient par Willy Diméglio


A son âge, 82 ans, Willy Diméglio pourrait passer son temps en villégiature, voire même se prélasser sur des bateaux de croisière. Mais ce n’est pas dans la nature de cet homme politique atypique qui fut député UDF, conseiller général et, en 1989, face à Georges Frêche, le chef de file de la droite locale. Depuis qu’il a déposé les armes, mis fin à ses mandats, Diméglio n’a qu’un seul vrai loisir: la recherche. Il veut savoir. Il veut comprendre. Cette passion dévorante l’a conduit en 2013 à décortiquer les ressorts de son vieil adversaire – Georges Frêche, dans L’avocat du diable, un pavé de 540 pages. Depuis, Diméglio a investi sa curiosité dans ce monde arabo-musulman qui le fascine et qu’il a souvent arpenté. Il publie Comprendre le Moyen-Orient avec un sous-titre d’une brûlante actualité : « Qui tue qui ?Et pourquoi ? »Ce livre grand format de 242 pages, illustré de centaines de portraits, cartes et schémas, est le fruit de recherches opiniâtres.

Qui tue et pourquoi ?


Diméglio a remonté le temps jusqu’aux accords signés en 1916 par le Britannique Park Sykes et le Français Georges Picot. Au nom des intérêts de leurs pays respectifs, les deux diplomates s’étaient partagé à la bonne franquette, sur une carte, « l’Orient arabe »… Tout au long de son récit, l’enquêteur Diméglio sinue entre chiites, sunnites, alaouites, peshmergas, flaire ici l’odeur du pétrole, décrypte ailleurs le wahhabisme et le salafisme, déniche même une stupéfiante déclaration du général Wesley Clark. Interrogé en 2007 par la journaliste Amy Goodman, l’ancien patron de l’OTAN dévoilait, faisant référence à un mémo du Pentagone, qu’en 2001 les dirigeants américains programmaient froidement « la prise » par les islamistes de sept pays en cinq ans « en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran’: Le chercheur Diméglio est aussi un pédago qui sait écrire avec clarté. Un beau travail, oeuvre instructive tirée à…100 exemplaires, que malheureusement Diméglio réserve à ses petits-enfants et à ses amis. Il serait temps qu’il change d’avis et, avec l’aide d’un éditeur inspiré, se décide à élargir le cercle de ceux qui veulent comprendre.

Jacques Molénat

 Radar_WD.gif Pour communiquer avec l'auteur :   Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir