moyen-orient_wd.jpg
L'avocat du diable
Jacques Molénat

Dernières infos

g_calvet.jpg 
Radar_WD.gifMai 2009
Images de...

Oran
Alger
Philippeville
Constantine
rubriques1.gif

Flux RSS

Notes de lecture et réflexions Version imprimable
                           
travaux_3.jpg


Monde arabe et méditerranéen
L'Europe attendra-t-elle pour se réveiller le choc d'une vague de fond islamiste chez l'un quelconque de ses voisins du Sud.






LES ENJEUX MEDITERRANEENS


 1°) La Méditerranée (on ne se rend pas toujours compte) est un mini océan.
    Elle fait 3800 km de long, c'est la distance qui sépare l'Espagne de Terre Neuve. Mais alors que l'Amérique nous paraît très lointaine, l'oeil de notre imagination voit Tanger à quelques encablures de Beyrouth.
    On la considère comme un lac, on y trouve pourtant des profondeurs de plus de 5000 mètres (c'est suffisant pour engloutir le Mont-Blanc).
    Elle a un pourtour de quelques 25.000 km, 40.000 km, si on compte les îles avec une ouverture sur le reste des océans qui est de quelques 30 km.
    Elle est composée de pays que tout paraît diviser, les langues, les religions, les régimes politiques, les systèmes économiques et même les superficies. D'un côté Monaco avec ses 2 km ?, de l'autre l'Algérie avec 2,5 millions km2.

2°) II est difficile de saisir le Monde Méditerranéen dans sa réalité. "Cette tâche est complexe, car si la Méditerranée est une expression géographique, elle n'a pas le droit de cité dans les groupements socio-économiques. Dans les statistiques, certains appartiennent à l'Europe et d'autres au Monde Arabe, d'autres aux pays de l'Est.
    Tous les scénarios globaux qui ont voulu imaginer l'avenir ne font pas de place à part à la Méditerranée en tant que telle.

3°) II est important que soit pris en considération cet ensemble des 350 millions d'habitants, ils seront 500 millions en l'an 2025.
    Un des enjeux est de faire de cet ensemble un moteur de l'économie mondiale plutôt que de souligner son aspect de faille, de rupture et d'affrontement.

4°) Pendant que 41 % des Méditerranéens regardent Dallas, l'échange des programmes de télévision entre pays méditerranéens atteint 0,001 %.
    Le réseau méditerranéen d'échanges et plus simplement de communication nous met extrêmement loin les uns des autres.
    Alors qu'avec 2500 frs on peut faire un aller-retour vers les Etats-Unis, il en coûte 8000 frs pour un aller-retour sur le Caire.
    La Méditerranée est née d'un écartement, allons-nous vers un écartèlement ?

5°) Comme le disait "Braudel", la Méditerranée a toujours été conflictuelle mais par delà ce conflit, il y a eu aussi des complicités.

6°) L'accroissement démographique va s'accompagner de fantastiques basculements du Nord et du Sud. Le Nord est à peu près stable (+ 10 %), le Sud va croître très fortement (+ 70 %) et puis il va y avoir des rapports de voisinages qui vont fantastiquement changer, entre la Turquie et la Grèce par exemple. Les rapports de population qui étaient de 2,7 à 1 en 1950 vont atteindre 9 à 1 en 2025.

7°) L'urbanisation va créer un choc. Jusqu'ici la cité méditerranéenne a façonné les hommes, aujourd'hui l'urbanisation c'est un éclatement fantastique, nous vivons une période de non maîtrise, qu'hélas nous connaissons bien dans un certain nombre de grandes villes. Nous avons mis des siècles pour organiser nos villes, maintenant le choc de l'occupation du sol urbain est tellement rapide qu'il va certainement bousculer les rapports gué nous avons, nous méditerranéens, entre nous-même et l'environnement construit ou naturel qu'était le nôtre, méticuleusement arrangé, méticuleusement harmonisé, c'était là un des traits de caractère de la Méditerranée.
    Je ne suis pas sûr que nous résistions au choc actuel et gué nous soyons encore demain des méditerranéens.
    Une des vraies batailles de la Méditerranée, c'est la civilisation de la ville. Si nous voulons encore être méditerranéen demain, il nous faut gagner cette bataille.

8°) II y a des risques d'éclatement de la Méditerranée. Tous les jours, il y a des raisons de désespérer ou de voir effectivement s'écarter les chances de réussite d'une communauté qui est en nous, invisible, mais que nous taisons souvent.
    Nous assistons souvent à des réunions nationales ou internationales et nous voyons au deuxième degré combien les méditerranéens se reconnaissent, combien il y a une reconnaissance méditerranéenne, mais au premier degré les méditerranéens ne sont pas présents, ne s'affichent pas au premier degré d'ailleurs, ils ne sont pas reconnus. La communauté mondiale ne reconnaît même pas la méditerranée comme région statistique.
    Je crois qu'il est important aujourd'hui de voir que cette méditerranée est une méditerranée silencieuse.
    Il n'y aurait pas de pire éclatement de la méditerranée ou de pire perte de la méditerranée que cette perte en silence.

9°) II faut essayer de maximiser les échanges méditerranéens, ils n'ont pas été jusqu'ici si grands qu'on le pense, la méditerranée à communiqué avec le monde quelque fois plus qu'avec elle-même.

10°) Pour faciliter les échanges, nous avons une chance, nous vivons à l'époque des réseaux et non pas au moment des hiérarchies.
    La Méditerranée de la communication peut avoir des centres qui fonctionnent parfaitement sans avoir besoin d'un centre. On peut concevoir un réseau universitaire méditerranéen.
    La communication ça n'est pas simplement le tunnel de Gibraltar ou le satellite, mais c'est la manière de communiquer, c'est la civilisation de la parole ou de l'image, mais c'est toutes les formes, toutes les manières que nous avons de parler ensemble.

11°) On aurait pu croire qu'après les indépendances qui se sont concrétisées dans le bassin méditerranéen, on était arrivé à une période de calme après la tempête.
    Ce calme, en vérité précaire, suivait la tempête et la précédait. On y voit désormais des politiques hégémoniques venues au nord, mais également de l'Est et de l'Ouest. Au sud aussi il y a des politiques sous-hégémoniques qui divisent entre eux les peuples de la région comme deux par deux. Le Maroc contre l'Algérie, la Libye contre l'Egypte, la Syrie contre l'Irak.
    L'Irak hier contre l'Iran, aujourd'hui contre les pays du golfe et pour finir des conflits devenus quasi inexplicables : le conflit de Chypre et le problème palestinien.
   
12°) Aux yeux d'une grande partie des peuples du sud, les responsables de l'injustice ce sont les plus forts : les gens du nord.
    Aux yeux des peuples du sud, le libéralisme du nord n'était qu'un prétexte au néo-colonialisme. Le socialisme occidental de l'ouest ou de l'est est apparu aux intéressés comme un véhicule de l'autocratie et de la tyrannie.
    Beaucoup d'éléments de ces peuples recourent alors à leur spécificité absolue or ; qu'est-ce qu'un peuple a de plus spécifique que1 sa culture ? et au stade de développement où sont ces populations ; qu'est-ce qu'il y a de plus spécifique dans la culture ? la religion. La religion se trouve être dans l'Islam. Ils érigent donc des bastilles islamiques caractérisées par un retour à l'ancien temps, à un âge d'or qui n'a jamais existé comme si l'Islam était une machine à remonter le temps.

13°) L'islam peut par une démarche hardie tirer les semences de progrès qui sont dans son livre et les féconder au contact de notions nouvelles; l'Islam n'était pas en soi. La religion du désert, il peut aussi être la religion de masse travaillant dans la modernité.

14°) Dans les relations intercommunautaires en Méditerranée, l'histoire nous indique que les conflits ont souvent prévalu sur le dialogue. Les relations intercommunautaires sont conditionnées, réglementées, régulées dans une certaine mesure par des droits nationaux d'une part et par le droit international d'autre part.
    Il y a une dissymétrie considérable entre les droits des pays du nord et les droits des pays du sud de la Méditerranée.
    En terre d'Islam, on trouve des états qui ne sont pas vraiment des états, en ce sens que le droit qu'ils émettent n'est pas vraiment leur droit. C'est en grande partie le droit musulman. Globalement, malgré toutes les tentatives de modernisation que l'on connaît, le fondement le plus solide du droit dans les pays d'Islam, c'est le Coran et la tradition.

15°) La Méditerranée constitue tant au point de vue stratégique qu'économique, une zone importante pour la C.E.E. Les pays de l'Europe des douze enregistrent chaque année un important surplus commercial avec leurs voisins du Sud et de la Méditerranée.
    Parler de l'Europe avec un E majuscule est fort bien mais à quoi cela sert-il, si la C.E.E. n'a pas de politique étrangère vis-à-vis d'un groupe de pays aussi important pour sa sécurité.

16°) Face aux défis du Sud, les propositions visant à rénover la politique méditerranéenne de la C.E.E. frappent par leur extrême modestie.
    L'Europe attendra-t-elle pour se réveiller le choc d'une vague de fond islamique chez l'un quelconque de ses voisins du sud ?
 
< Précédent   Suivant >

En relation avec cet article