Flux RSS

L'homme Version imprimable
portrait1.jpg



 
  Né le 3 août 1926 à Conilhac-Corbières (Aude)
  Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1945 à 1950
  Elève titulaire dans l'Atelier d' Eugène Narbonne



Des Corbières en 1926, il "monte à Paris" en 1945. « J'ai décidé d'être peintre dès la classe de 6e. Il m'a fallu pour convaincre tout le monde attendre jusqu'en terminale. »
Cette obstination s'exprime dans la continuité de sa peinture : une technique solide, exclusivement à l'huile, et un appétit de réel dont rien ni personne ne le détournera. Continuité n'exclut pas évolution. Celle-ci est sensible tout au long de son œuvre.

On a coutume d'opposer l'art abstrait au figuratif. Chez Calvet c'est carrément l'art concret. Sans détour, il déclare : « je n'ai que faire de courbes orphelines ou de triangles stériles. » Gérard Calvet aime le monde en chair et en os. Cet amour, il le décline à travers la vigoureuse sensualité de ses nus, la couleur, la rondeur de ses fruits, la magie de ses paysages saturés de soleil.

D'abord influencé par l'Ecole de Paris et Bernard Buffet, « camarade de classe » aux Beaux-Arts, Gérard Calvet intègre dès son retour dans le Sud en 1952 le Groupe Montpellier-Sète dont Desnoyer est le chef de file. A partir de cette époque, explosent dans son œuvre les couleurs d'une puissante vitalité.

Son œuvre nous livre sans tricherie le parcours d'un peintre. Elle parle plaisir, bonheur, tendresse, simplicité et invite, à travers le regard d'un homme du "grand Sud" à réfléchir sur l'éphémère beauté de ce monde.
 nu_aux_oliviers.jpg



 
< Précédent   Suivant >