moyen-orient_wd.jpg
L'avocat du diable
Jacques Molénat
g_calvet.jpg 
Radar_WD.gifMai 2009
Images de...

Oran
Alger
Philippeville
Constantine
rubriques1.gif

Flux RSS

Face à une Chine implacable, Trump agite une moisson de contrats symboliques Version imprimable
10-11-2017
[Par Frédéric Schaeffer - Les Echos 9 novembre 2017]
trump_et_xi_jinping.jpg






Au total, un peu plus de 250 milliards de dollars de contrats, dans tous les secteurs, ont été annoncés lors de la rencontre avec le président Xi Jinping.  
L'ex « deal maker » Donald Trump en a eu pour son compte. Au cours de sa rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping ce jeudi matin à Pékin, une salve d'accords commerciaux ont été signés pour un montant total de 253,4 milliards de dollars. Cette série d'accords porte sur des secteurs aussi variés que l'énergie, l'automobile, l'aéronautique, l'agroalimentaire ou l'électronique. Caterpillar, General Electric, Honeywell ou Qualcomm figurent parmi les bénéficiaires.

Le chiffre est impressionnant mais doit être relativisé. Parmi les accords annoncés, beaucoup étaient dans les tuyaux depuis de long mois et gardés « au frais » pour être dévoilés à l'occasion de la visite du président américain en Chine. Depuis le mois d'août, les autorités américaines ont commencé à recenser auprès des entreprises les accords envisageables. Par ailleurs, beaucoup de ses accords ne sont pas de contrats mais des protocoles d'accord non contraignants qui pourront prendre des années avant d'éventuellement se matérialiser.

Parmi les plus gros contrats annoncés, trois organismes étatiques chinois, dont le géant pétrolier Sinopec et le fonds souverain CIC, ont conclu un accord pour exploiter des gisements de gaz naturel liquéfié (GNL) en Alaska, avec jusqu'à 43 milliards de dollars d'investissements prévus, selon la partie américaine.

Des patrons américains ont boudé la visite

Cette série d'accords permet à Donald Trump, qui a fait de la réduction du déficit commercial américain avec la Chine (347 milliards en 2016) un enjeu prioritaire de son mandat, de ne pas perdre la face. Mais le président américain n'a visiblement rien obtenu de la Chine sur les sujets économiques structurels, comme l'ouverture du marché aux entreprises étrangères. Sentant le vent tourner, plusieurs patrons de grands groupes américains auraient d'ailleurs renoncé à accompagner Donald Trump en Chine, rapporte la presse américaine.

Multipliant les propos aimables à l'encontre de Xi Jinping - un « homme exceptionnel » - le président américain s'est même gardé de blâmer la Chine, dans un discours à des années-lumière de celui tenu pendant sa campagne électorale où il accusait la Chine de voler les emplois des Américains.

Xi boit du petit lait

Face à un Xi Jinping buvant du petit lait, Donald Trump a assuré qu'il ne reprochait pas à la Chine son excédent commercial massif avec les Etats-Unis. « Après tout, qui peut reprocher à un pays de profiter d'un autre pays pour le bien de ses citoyens ? », a-t-il déclaré. Et de rejeter la faute sur les administrations américaines précédentes « qui ont permis à ce déficit commercial incontrôlable de se former et de grossir ».

Sur le dossier nord-coréen, rien de concret non plus n'est sorti des entrevues entre Xi Jinping et Donald Trump, hormis de nouvelles déclarations d'intention. « J'appelle la Chine à travailler très dur », a déclaré le président américain, soulignant que le temps était compté. « La Chine peut régler ce problème facilement et rapidement », a-t-il dit, exhortant également la Russie à faire pression sur le régime de Kim Jong-Un.

Mais, là aussi, Xi Jinping s'est bien gardé d'annoncer de nouvelles mesures de restriction à l'encontre de la Corée du Nord, Pékin assurant qu'il applique strictement et complètement les résolutions de l'ONU.
 
Suivant >

En relation avec cet article