L'avocat du diable
Jacques Molénat

Dernières infos

g_calvet.jpg 
Radar_WD.gifMai 2009
Images de...

Oran
Alger
Philippeville
Constantine
rubriques1.gif

Flux RSS

Sur les nouvelles routes de la soie, un voyage en cinq étapes Version imprimable
04-08-2017
[Par Fabrice Nodé-Langlois - Le Figaro Conjoncture 31 juillet 2017]
route_de_la_soie2.jpg





De l'Asie centrale à l'Europe en passant par l'Afrique, la Chine est en train de tisser une gigantesque toile de routes, de voies ferrées et de ports. Le Figaro part à la découverte de cinq étapes de ces nouvelles routes de la soie. 
C'est le grand œuvre stratégique et économique du président chinois Xi Jinping. Les nouvelles routes de la soie, projet pharaonique, aux contours parfois flous, ont été lancées par le leader de l'empire du Milieu en 2013. Rebaptisé officiellement lors d'un sommet international qui y était consacré en juin, «Belt and road initiative» ( «Initiative de la ceinture et de la route»), ce plan vise à étendre une toile de routes, de voies ferrées, de gazoducs, d'oléoducs et de ports de la Chine jusqu'en Europe occidentale, en passant par l'Asie centrale, la Russie mais aussi la péninsule indochinoise et l'Afrique de l'Est. Pour Xi Jinping, il s'agit autant d'avoir un meilleur accès à des marchés, à de la main-d'œuvre bon marché, à des matières premières que d'étendre l'influence économique et militaire de la Chine à travers l'Eurasie.

chemin_soie.jpg



























Le Figaro
s'est rendu sur cinq étapes de ces nouvelles routes de la soie pour raconter comment prend forme, sur le terrain, l'ambition de «l'Oncle Xi»

Étape 1. - Khorgos, une porte sur la steppe.
De part et d'autre de la frontière de la Chine et du Kazakhstan, une ville nouvelle est en train de surgir dans la steppe, aussi brûlante l'été que glacée l'hiver. Khorgos est un carrefour ferroviaire, point de départ pour les marchandises «made in China», vers l'Asie centrale et la Russie. » Khorgos, une porte chinoise sur la steppe.

Étape 2. - Un train chinois dans la jungle du Laos.

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, des ouvriers chinois forent des tunnels dans la jungle moite du Laos. Ils posent les premiers rails d'une voie qui, à terme, reliera la Chine à Singapour, à l'extrémité de la péninsule indochinoise. À la frontière entre la Chine et le Laos, Pékin rêve de transformer la bourgade de Boten en une flamboyante ville nouvelle.

Étape 3. - Un «plan Marshall» au Pakistan.

Des hautes vallées de l'Himalaya perchées à près de 5000 mètres d'altitude jusqu'au port de Gwadar sur la mer d'Oman, Pékin dépense des dizaines de milliards d'euros pour dérouler une route qui traversera le Pakistan de part en part. Ces investissements visent à asseoir l'influence de Pékin sur cet immense marché pakistanais, vivier de main d'œuvre bon marché, et contrepoids au rival indien. À Islamabad, par milliers déjà, des Pakistanais prennent des cours de mandarin.

Étape 4. - Djibouti sort des sables.

L'ancienne colonie française, coin de terre de sable brûlant stratégiquement placé à l'embouchure de la mer Rouge, se réveille sous l'impulsion des nouveaux conquérants chinois. Ces derniers ont établi une base navale militaire et viennent de construire une voie ferrée qui mène à Addis-Abeba, au cœur du géant éthiopien. Entre les ingénieurs chinois expatriés et les ouvriers djiboutiens amateurs de khat, la cohabitation n'est pas tous les jours harmonieuse.

Étape 5. - Le Pirée, port chinois au cœur de l'Europe.

Le terminal du Pirée, où des milliers de vacanciers français s'embarquent cet été pour les îles Cyclades, est désormais contrôlé par l'armateur chinois Cosco. Comme le port de marchandises voisin, le plus important de Méditerranée. Pour Xi Jinping, la Grèce désargentée d'Alexis Tsipras est une porte d'entrée vers les Balkans, et le reste de l'Europe.

 
< Précédent   Suivant >

En relation avec cet article