moyen-orient_wd.jpg
L'avocat du diable
Jacques Molénat
g_calvet.jpg 
Radar_WD.gifMai 2009
Images de...

Oran
Alger
Philippeville
Constantine
rubriques1.gif

Flux RSS

Le canal du Midi fait front Version imprimable
21-02-2015
[Par Philippe Mouret - Midi Libre 16 février 2015]
chancre_platane.jpg






Environnement : Un traitement contre le chancre coloré sera testé au printemps.
Fin décembre 2014, presque 10000 platanes avaient été mis à terre. Environ 4000 restent à abattre en 2015... Les chiffres sont terribles lorsqu’on évoque les effets du chancre coloré, le champignon - découvert en 2006 - qui ravage les arbres tout au long du canal du Midi.
Au total, selon les prévisions de Voies navigables de France, sur les 300 kilomètres de l’ouvrage inscrit par l’Unesco au patrimoine de l’humanité, ce sont les 42000 platanes qui pourraient être promis à la tronçonneuse. Un massacre.
Et, alors que le mal semblait circonscrit aux départements de l’Hérault et de l’Aude, jusqu’à Castelnaudary, il vient officiellement de passer la frontière entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, devançant ainsi l’union annoncée de ces deux régions!
La Haute-Garonne est touchée. Quatre foyers y ont été découverts dans les communes de Montesquieu-Lauragais, Gardouch et Castanet-Tolosan, à l’entrée de l’agglomération toulousaine.

Un produit fongicide qui ralentirait la propagation


Voilà qui pourrait venir sensibiliser d’éventuels nouveaux mécènes (lire ci-dessous), ainsi que le soulignait René Bouscatel - président du Stade toulousain et du Club des entreprises mécènes du canal du Midi - qui espérait «un mouvement spontané, tant le canal fait partie de notre histoire (...) Maintenant que ce fléau arrive ici, je pense que ça va motiver les entreprises toulousaines. » En effet, la maladie pourrait bientôt atteindre la Ville rose et s’étendre au canal latéral entre Toulouse et la Gironde. «Nous sommes en train de relever un merveilleux défi », affirme cependant Marc Papinutti, directeur général de VNF. L’organisme d’Etat s’est fixé pour objectif de planter 1000 platanes d’ici à la fin du mois de mars. Plutôt optimiste, car les sommes collectées semblent encore bien insuffisantes : 530000 € quand le budget total de l’opération - abattage et replantation compris - doit atteindre 200 millions d’euros et que la somme doit être financée pour un tiers par VNF, un second tiers par les collectivités territoriales, et le dernier par d’autres moyens, dont le mécénat

De son côté, le sénateur socialiste audois Roland Courteau souhaite que « les replantations soient plus rapides et à la hauteur des abattages qui ne s’arrêteront pas »... Compliqué, car il est nécessaire de refaire les berges fragilisées par la disparition des racines des arbres. Ainsi sur les 9850 platanes déjà abattus, seuls 1285 ont été replantés.
Désormais, le projet de restauration de la voûte arborée s’appuie sur différentes espèces afin d’éviter un nouveau risque sanitaire. Sept variétés tests seront ainsi plantées en 2015. Il y a tout de même une bonne nouvelle. Un laboratoire toulousain, le Cetev (Centre d’expertise en techniques végétales), propose une alternative à l’abattage: l’injection d’un produit fongicide qui ralentirait la propagation de la maladie à d’autres arbres. Un courrier du ministère de l’Agriculture signé par Stéphane Le Foll vient de confirmer à Roland Courteau qu’une expérimentation de ce rempart scientifique sera lancée au printemps 2015.
Une lueur d’espoir pour le canal du Midi. Peut-être faut-il y voir un bon signe pour ce trait d’union qui relie ces deux régions appelées à ne plus faire qu’une.

Le club des mécènes a levé 530 000 euros

C’est une belle somme, mais cependant bien insuffisante encore face à l’ampleur du problème ! Dix-huit mois après le lancement de la campagne de mécénat destinée à financer le projet de replantation des arbres le long du canal du Midi, 530 000 € ont été réunis grâce aux dons de 35 entreprises (pour un total de 283 000 €) et de 4 000 donateurs individuels (252 000 €). Le 12 février, à Toulouse, un point presse a réuni le président du club des entreprises mécènes René Bouscatel et les représentants de VNF (Voies navigables de France), Stéphane Saint-André et Marc Papinutti. Selon ce dernier, directeur général de VNF, « près de mille nouveaux plants vont être plantés d’ici au 30 mars prochain ».

René Bouscatel a cependant espéré que d’autres entreprises viendraient rejoindre le club, souhaitant en porter le nombre jusqu’à 50). Les dons des particuliers sont déductibles des impôts à 60 % et ceux des entreprises à 50 %.

 




 
< Précédent   Suivant >